La ville intérieure

1. dehors

du béton aux façades le long verre
des rues désertes

deux millions six cent mille
habitants pour un décor sans signe
traversé par des autoroutes

une ville de cubes posés près de la gare
une passerelle sous la foule aperçue
fuit le soleil

vomie d’un immeuble & ravalée par l’autre

2. à la verticale

un village de trente-deux
étages marchands du fromage
de sous-sol bondés jusqu’aux restaurants

là-haut les rues ne sont qu’un paysage en creux
pour le vertige la ville est droite
on ne s’y perdra pas on n’y entendra pas le bruit des camions

3. en-dessous

les souterrains se nouent en gares
remplies d’échoppes & l’on y tient sa gauche
des kilomètres de galeries couvertes

leur tracent une parallèle Osaka
était à l’intérieur derrière
les murs sous les rues

(Ce texte, qui n’est que le début, à peine esquissé, d’un ensemble plus long, est destiné à être complété et amendé ; il ne concerne par ailleurs que l’un des deux centre-villes d’Osaka, où nous nous rendîmes hier, Kita ; l’image représente un agent de l’ordre régulant la circulation dans un souterrain.)

Publicités

Une réponse à “La ville intérieure

  1. shigeru myiamoto

    on dirait une ville en 3D

    peut-on y lancer des carapaces de tortue et grandir en mangeant des champignons?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s