Archives de Tag: Gion

Le bruit du toc

Nous nous promenons dans Gion, le quartier historique. Bien sûr les ruelles pavées y font toc (dans un article de Création littéraire et connaissance, Hermann Broch analyse l’art tape-à-l’oeil comme le résultat de l’activité artistique lorsque, déconnectée des enjeux éthiques transcendants au service desquels elle devrait oeuvrer d’après lui, elle se limite à la satisfaction du plaisir esthétique – l’immanentisme radical du shintoisme expliquerait peut-être, dans sa différence avec le christianisme à l’éthique si verticale, pourquoi nous apparaissent si kitsch un certain nombre de productions locales), mais elles sont calmes – ce n’est pas Saint-Michel – et il est agréable de s’y promener.

Un chemin minuscule, 1m50 de large, absolument désert et silencieux, bordé de maisonnettes aux toits de lourdes tuiles, sur lesquels se reflètent la lumière blafarde des lampadaires dont on dirait plutôt qu’ils infusent, peu à peu, la nuit devenue – qu’ils la crachotent. Un cycliste passe, tranquille. Un chat miaule. Une mémé, dos cassé, sort de chez elle.

Soudain une porte coulissante s’ouvre automatique à droite et dans le silence absolu dégueule avec un nuage gris de tabac froid un enfer de bruit de billes et de mauvaises musiques. A devenir fou.

La porte se referme. Le calme revient. C’était juste un pachinko.